Vous avez loupé la balade du 13 octobre organisée par le club de VTT des coteaux 31 riding Family , Flor d'Agram et Festa d'Oc, pour découvrir Castanet? voici de quoi vous rattraper...

  • La Halle dite « Du Lauragais » située sur l’ancien et unique terrain de sport à Castanet, où pendant près de 85 ans, seul le football sera pratiqué (1920-2005). Sous la halle, en son centre, elle est décorée d’une croix occitane, plus modeste de conception que celle de la place du Capitole à Toulouse, mais quand même de belles dimensions. Elle est l’oeuvre de la municipalité actuelle.

  • Le Château de Rabaudy et la salle Petipa. Bâtiments du 16e siècle de style du début de la renaissance, ils témoignent de la grande époque historique du Pastel. La salle Petipa était un hangar dans lequel on faisait sécher les coques de Pastel. La légende raconte qu’un tunnel le reliait au couvent des cordeliers dont une tour du même nom subsiste à l’angle de l’avenue du Lauragais et de la rue Despons.

  • A côté du stade de football, une grosse maison de maître (début 19e), possède un nom occitan : L’AUTAR (prononcer « aouta »). Ne pas confondre avec L’AUTAN (qui se prononce aussi « aouta ») puisqu’en cette langue la prononciation est la même. L’AUTAR désigne une table sacrificielle ou une table pour dire la messe. L’AUTAN est le vent dominant en Lauragais.

  • L’Ecluse de Castanet. De son pont et allant vers Toulouse, il y a sur 12km un plan d’eau horizontal qui s’achève à l’écluse Matabiau (autre nom occitan signifiant ; l’abattoir à bestiaux « mata buòu » = « tuer le boeuf »).

  • Sur le chemin de halage en allant vers l’écluse de Vic, après une trentaine de mètres de l’écluse de Castanet, se trouve sur la gauche la sortie de l’Aqueduc conduisant l’eau du ruisseau LASCARDA à la rivière L’HERS. Ce ruisseau après avoir traversé tout Castanet, rempli le Lac, sécurisant le village des inondations lors des gros orages (Castanet fût inondé 3 fois avant lui).

  • Sur l’autre berge, juste en face l’aqueduc, pendant la guerre de 39-45, pendant l’occupation, les soldats allemands, un jour, se mirent à réquisitionner les vélos. A cet endroit-là, 2 pêcheurs à la ligne, prévenus à temps, ont noyés leurs vélos dans le canal. Mais afin de pouvoir les récupérer, mirent leurs jambes dans l’eau jusqu’aux mollets, les pieds servant de crochets pour retenir les cadres. Ils purent ainsi conserver les précieux vélos.

  • L’Ecluse de Vic. Le pont actuel est tout récent. Après sa construction, par Riquet, il fût détruit par l’Armée de Napoléon dirigée par le Général SOULT en 1814, ses soldats battaient en retraite poursuivis pas les coalisés de Wellington suite à la bataille de Toulouse. Il fût reconstruit après cela à l’identique, son modèle subsiste pas loin de là, sur l’ancienne route allant à Escalquens, un pont à dos d’âne en brique enjambant l’Hers.